Nous, princesses de Clèves (2011)

  • Documentaire
  • 1h 9m

du 23 au 24 février

Résumé

Aujourd’hui à Marseille, des élèves du Lycée Diderot s’emparent de « La Princesse de Clèves » pour parler d’eux. A 17 ans, on aime intensément, on dissimule, on avoue. C’est l’âge des premiers choix et des premiers renoncements.

Comment les jeunes apprennent, s’approprient d’un roman et se reconnaissent dans la culture classique, et comment un cinéaste essaie de le faire à son tour, en traduisant tout ça dans un choix précis de mise-en-scène : c’est un parcours en miroir. La puissance politique de ce film nous renvoie à la question de l’émancipation intellectuelle et de l’égalité des intelligences : les professeurs sont presque absents et les vrais spécialistes de Madame de La Fayette sont désormais les jeunes. C’est un renversement de l’institution, de la pédagogie, et des clichés de films sur l’école. Sauder vise aussi un changement dans la représentation des classes populaires, celles habitant dans les quartiers « sensibles », en leur offrant la possibilité de s’associer au projet et donc de se représenter par eux-mêmes.

Réalisateur

Régis Sauder

Distribution

France Ô

Pays

France